Dans l'Afrique resplendissante

03 janvier 2012

 

 

   http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d7/Muybridge_horse_gallop_animated_2.gif

     En route pour

 

Un printemps en Namibie

Rêveries contemplatives en Afrique de l'Est

Guide de safari en Afrique du Sud   Guide en Namibie

Journal de Tanzanie   Les derniers édens d'Afrique australe

Aventures équestres   Voyage au Cap-Occidental

Les vallées du Zambèze et de la Luangwa 

Sur les pistes du Zimbabwe

 

 

 

 

 Chapitre VI

Chapitre précédent : Les derniers édens d'Afrique australe

 

Ce voyage au long cours nous a mené pendant 6 mois à travers l'Afrique du Sud, le Swaziland, le Botswana, la Zambie et la Namibie. Trois semaines seulement après la fin de cette "expédition de noces", nous avons obtenu des permis de travail en Namibie.

Au total, durant nos quatre grands safaris, nous avons parcouru plus de 50 000 km en Afrique, aussi bien en 4X4 qu'en simple voiture de tourisme. Ces 12 mois de pérégrinations nous ont ainsi permis de visiter 70 parcs, réserves et conservatoires, dont certains plusieurs fois.

Expédition de noces - Image réduite

Depuis la parution en 1890 du livre de Henry M. Stanley, In Darkest Africa, "l'Afrique ténébreuse" était un terme couramment utilisé dans la littérature anglo-saxonne pour désigner l'intérieur du continent africain dont les forêts mystérieuses fascinaient les Occidentaux. En 1923 était publié In Brightest Africa : l'explorateur Carl E. Akeley y racontait ses cinq grands voyages en Afrique de l'Est. Son "Afrique resplendissante" semblait contester l'expression à la fois sensationnaliste et défavorable que Stanley avait accolé à une nature certes inhospitalière, mais pourtant éblouissante à celui qui savait en apprécier la beauté. Notre expérience est similaire car l'Afrique que nous avons traversé a souvent été "resplendissante".

 

 

AFRIQUE DU SUD

 

Afrique du Sud (46)

Lieux du tournage de la célèbre série sud-africaine "Shaka Zulu".

Afrique du Sud (57)

Le défunt Henry Cele a brillamment interprèté le rôle de Shaka, le fondateur du royaume zoulou.

Henry Cele

Afrique du Sud (64)

Afrique du Sud (66)

 Guerrier zoulou (The Kafirs illustrated, Georges F. Angas, 1849).

Utimuni, Zulu Warrior

 Afrique du Sud (50)

 Site de l'ancienne capitale de Shaka Zulu (1787-1828), à Bulawayo.

Afrique du Sud (34)

 Réserve de Hluhluwe-Umfolozi.

Afrique du Sud (10)

Ombrette africaine.

Afrique du Sud (14)

Zèbre de Burchell.

Afrique du Sud (43)

Guêpier nain.

Afrique du Sud (21)

Afrique du Sud (79)

Afrique du Sud (5)

Afrique du Sud (4)

Impala mâle.

Afrique du Sud (60)

Martin-chasseur à tête brune.

Afrique du Sud (7)

Afrique du Sud (28)

Patrouille anti-braconnage.

Afrique du Sud (20)

Afrique du Sud (131)

Les rhinocéros blancs du Sud, autrefois communs en Afrique australe, furent tant chassés au 19ème siècle que cette sous-espèce était considérée comme éteinte en 1895. C'est donc à la surprise générale que plusieurs survivants furent découverts en 1897 dans le Zululand, en Afrique du Sud. Une petite population de 40 à 80 spécimens vivaient en effet à la confluence des rivières Black Umfolozi et White Umfolozi. Dans cette zone de brousse, les mouches tsé-tsé empêchaient toute exploitation humaine. Grâce à la protection que leur offrait la trypanosomiase, quelques derniers rhinocéros blancs avaient ainsi échappé à l'extinction totale. Un dénommé C. R. Varndell réagit immédiatement à l'heureuse nouvelle en organisant une expédition de chasse au cours de laquelle six rhinocéros blancs furent abattus. Dans un article écrit par H. A. Bryden en 1897, la revue Nature and Sport in South Africa se félicita de cette tuerie : «Il fait hélas peu de doute que ce quadrupède rare et intéressant sera exterminé d'ici deux à trois ans et deviendra une créature du passé. Les naturalistes devront remercier Mr Corydon et Mr. Varndell pour avoir sauvegardé le premier et sans doute le dernier spécimen complet de ce mammifère avant sa disparition définitive.» (Traduction : Emmanuel THERET)

En faisant interdire la chasse aux rhinocéros blancs par une loi d'avril 1897, Sir Charles Saunders, alors Commissaire du Zululand, tenta d'entraver la fin programmée de ces animaux. Il joua donc un rôle primordial dans l'une des plus belles réussites de la conservation. Dans la réserve d'Umfolozi, créée en 1895, le nombre de rhinocéros blancs atteignait 600 spécimens en 1960. Cette même année, le chef-ranger Ian Player dirigeait l'«Opération Rhino», un ambitieux programme dont l'objectif était de transporter des rhinocéros blancs dans des régions où ils avaient disparu depuis un siècle, dont le parc national Kruger. C'est notamment grâce à cette initiative du Natal Parks Board que furent mises au point les flèches hypodermiques à l'étorphine, un opioïde semi-synthétique mieux connu sous le nom de M99 qui permettait enfin d'endormir de grands mammifères pour les réintroduire ailleurs.

L'effectif total de rhinocéros en Afrique était estimé au 31 décembre 2012 à 20 405 rhinocéros blancs et 5 055 rhinocéros noirs. Or, ce succès est compromis par un braconnage dévastateur qui a repris en 2008. L'Afrique du Sud abrite 92% de la population mondiale de rhinocéros blancs et 40 % de celle des rhinocéros noirs. Près de 3 rhinocéros y sont abattus chaque jour. A ce rythme, les deux sous-espèces seront éteintes à l'état sauvage dans une dizaine d'année. Les pertes s'élèvent à 3 316 rhinocéros entre janvier 2008 et août 2014. 

Les autorités sud-africaines sont impuissantes face à ce désastre. Au parc Kruger, les trafiquants asiatiques obtiennent des complicités parmi les rangers, et parfois les vétérinaires ou les cadres dirigeants. Les braconniers sont à 80 % des Mozambicains qui traversent la frontière illégalement la nuit et chassent les rhinocéros en petites équipes de trois personnes. Au moins une douzaine de ces groupes opèrent en permanence dans le parc Kruger. Ils sont équipés de fusils à gros calibre (458 ou 375) fournis par leurs commanditaires asiatiques. Tous les jours, au moins trois équipes de braconniers entrent ou sortent du parc Kruger. Repérer et abattre un rhinocéros ne leur prend que 3 à 4 jours.

Une lueur d'espoir réside dans la nomination en 2013 du Major General Johan Jooste pour mener la guerre contre le braconnage au parc Kruger. A la retraite depuis 2006 après 35 ans de service dans l'armée sud-africaine, le Général d'Armée a signé un contrat de 5 ans avec Sanparks pour gérer cette crise sans précédent. Il a sous ses ordres 550 rangers. Sa stratégie est l'instauration de zones où les rhinocéros sont protégées intensivement par des équipes cynophiles, des unités de commandos puissamment armés et des rangers en hélicoptères. L'adoption d'une technologie américaine, ShotSpotter, permet en outre de localiser les coups de feu et d'intervenir rapidement pour appréhender les braconniers.

La corne de rhinocéros vaut actuellement plus de 50 000 USD le kilo sur le marché asiatique. Les braconniers africains ne récupèrent qu'une infime partie des bénéfices de ce trafic, mais ils sont prêts à risquer leur vie pour quelques liasses de billets qui peuvent représenter plusieurs années de salaires dans leur pays. Un recueil de médecine chinoise datant du 16ème siècle, le «Bencao gangmu», vantaient les mérites de la corne de rhinocéros pour soigner la typhoïde, les furoncles, les vomissements, les hallucinations, les maux de tête, les morsures de serpents, les intoxications alimentaires et la possession du démon. De nos jours, des croyances toutes aussi infondées sont encore largement répandues en Asie du Sud-Est : elles prêtent notamment à la corne de rhinocéros des vertus thérapeutiques dans le traitement des fièvres et des rhumatismes. Au Vietnam, on pense même que le précieux appendice consommé en copeaux ou en poudre peut soigner le cancer.

  Réserve de Mkhuze.

Afrique du Sud (87)

Afrique du Sud (85)

Afrique du Sud (100)

Afrique du Sud (107)

Pintade de Pucheran.

Afrique du Sud (70)

Afrique du Sud (67)

Jeune nyala mâle.

Afrique du Sud (95)

Phacochère mâle.

Afrique du Sud (120)

Rhinocéros blanc mâle.

Afrique du Sud (108)

Afrique du Sud (242)

Afrique du Sud (247)

Afrique du Sud (137)

Afrique du Sud (169)

Afrique du Sud (109)

Afrique australe (31)

Afrique du Sud (116)

Afrique du Sud (89)

 

 

SWAZILAND

 

Swaziland (54)

Parc national de Lhane.

Swaziland (18)

 Swaziland (64)

Swaziland (25)

Swaziland (30)

Rhinocéros blanc.

Swaziland (57)

Swaziland (97)

Swaziland (38)

Swaziland (35)

Swaziland (73)

Swaziland (112)

Swaziland (104)

Swaziland (43)

Swaziland (79)

Ibis hagedash.

Swaziland (20)

Swaziland (88)

Ce lion rencontré en fin d'après-midi rugit pendant une bonne partie de la nuit à moins de 500 mètres de notre tente : Camille obtient ainsi d'excellents enregistrements avec sa parabole.

Swaziland (10)

Swaziland (67)

Parc national de Mlilwane.

Swaziland (107)

Swaziland (106)

Swaziland (109)

Swaziland (104)

Swaziland (115)

Les petites falaises qui surplombent cette rivière nous permettent d'observer longuement ce crocodile du Nil qui nage en ondulant la queue.

Swaziland (128)

Swaziland (138)

Swaziland (114)

Swaziland (94)

Swaziland (131)

 Mlilwane, 1972.

Swaziland (136)

Swaziland (98)

Swaziland (132)

Swaziland (99)

Swaziland (127)

Swaziland (101)

Swaziland (100)

Swaziland (110)

Swaziland (123)

Swaziland (162)

Pour revenir en Afrique du Sud, nous choisissons d'emprunter une route qui nous semble être un raccourci à travers les montagnes. Or notre carte est assez imprécise et la route se transforme bientôt en une piste forestière qui se révèle interminable avec une voiture "playmobile" en surcharge. Au bout de 2 heures à rouler au bord de falaises vertigineuses sans croiser âme qui vive, nous atteignons finalement le poste frontière installé au passage d'un col. Morale : mieux vaut faire un long détour sur une route goudronnée que de prendre un raccourci sur une mauvaise piste...

Swaziland (159)

Swaziland (163)

Swaziland (167)

 

 

AFRIQUE DU SUD

 

Afrique du Sud (332)

Parc national Kruger.

Afrique du Sud (380)

Quand j'étais guide de safari dans un lodge près d'Hoedspruit, en Afrique du Sud, j'emmenais deux fois par semaine nos clients dans le parc Kruger. Je m'étais alors promis de revenir un jour dans ce magnifique sanctuaire pour y passer plus de temps, et je réalise enfin ce rêve : nous allons redécouvrir le parc Kruger durant 3 semaines.

Calao à bec jaune.

Afrique du Sud (336)

Afrique du Sud (289)

Afrique du Sud (274)

Afrique du Sud (305)

Afrique du Sud (414)

Afrique du Sud (327)

Un qui creuse et cinq qui le regardent faire.

Afrique du Sud (330)

 Calao terrestre.

Afrique du Sud (338)

Afrique du Sud (390)

Lycaon.

Afrique du Sud (348)

Musée du camp de Berg-en-Dal.

Afrique du Sud (136)

 Afrique du Sud (148)

Afrique du Sud (273)

Afrique du Sud (385)

Afrique du Sud (348)

Afrique du Sud (344)

Tamboti Tent Camp.

Afrique du Sud (283)

Afrique du Sud (287)

Rivière Olifants.

Afrique du Sud (321)

Afrique du Sud (371)

Afrique du Sud (405)

Afrique du Sud (405) 

Jacana africain.

Afrique du Sud (408)

Impala lily.

Afrique du Sud (127)

Potamochère.

Afrique du Sud (349)

Grands koudous.

Afrique du Sud (376)

Vervet.

Afrique du Sud (288)

Calao à bec noir.

Afrique du Sud (345)

Afrique du Sud (393)

 Barbican promépic.

Afrique du Sud (329)

Afrique du Sud (410)

Jeune buffle d'Afrique.

Afrique du Sud (379)

Varan du Nil.

Afrique du Sud (352)

Bibliothèque Stevenson-Hamilton au camp de Skukuza, un endroit que je trouve passionnant car j'adore les vieux livres et les récits d'aventures en Afrique.

Afrique du Sud (170)

Afrique du Sud (183)

Afrique du Sud (275)

Afrique du Sud (319)

Ombrettes africaines.

Afrique du Sud (349)

Oréotrague femelle.

Afrique du Sud (418)

Oréotrague mâle.

Afrique du Sud (419)

Tamboti Tent Camp.

Afrique du Sud (299)

Afrique du Sud (304)

Afrique du Sud (373)

Francolin du Natal.

Afrique du Sud (229)

Phacochère femelle.

Afrique du Sud (402)

Afrique du Sud (343)

Afrique du Sud (346)

Impala mâle.

Afrique du Sud (382)

Mangouste naine.

Afrique du Sud (411)

Afrique du Sud (415)

Afrique du Sud (350)

Civette africaine.

Afrique du Sud (403)

Afrique du Sud (404)

Afrique du Sud (368)

Afrique du Sud (306)

Calao à bec rouge.

Afrique du Sud (337)

Jeunes babouins chacma.

Afrique du Sud (407)

Afrique du Sud (357)

Afrique du Sud (312)

Hyène tachetée.

Afrique du Sud (395)

Afrique du Sud (396)

Afrique du Sud (370)

 Léopard.

Afrique du Sud (381)

Jeune guib harnaché.

Afrique du Sud (343)

Vanneau à tête blanche.

Afrique du Sud (383)

Camp de Mopani.

Afrique du Sud (361)

Afrique du Sud (409)

Guib harnaché femelle.

Afrique du Sud (340)

Afrique du Sud (335)

Afrique du Sud (385)

Afrique du Sud (346)

Jeune cob à croissant.

Afrique du Sud (406)

Martin-pêcheur géant.

Afrique du Sud (399)

Point de vue de Tshanga.

Afrique du Sud (392)

Afrique du Sud (391)

Ecureuil de Smith.

Afrique du Sud (347)

Touraco concolore.

Afrique du Sud (398)

Koudou mâle.

Afrique du Sud (341)

Afrique du Sud (408)

 Petit duc africain.

Afrique du Sud (400)

Afrique du Sud (377)

Raphicère de Sharpe.

Afrique du Sud (384)

Afrique du Sud (423)

Afrique du Sud (416)

Afrique du Sud (417)

Afrique du Sud (351)

Afrique du Sud (426)

Afrique du Sud (413)

 Parc national de Mapungubwe.

Afrique du Sud (462)

Afrique du Sud (456)

Afrique du Sud (497)

Sentes animalières.

Afrique du Sud (464)

Le fleuve Limpopo délimite la frontière avec le Botswana et le Zimbabwe.

Afrique du Sud (463)

 Balançoire sur un baobab.

Afrique du Sud (455)

Promenade dans la canopée, au bord du Limpopo.

Afrique du Sud (472)

 Afrique du Sud (467)

Afrique du Sud (485)

Afrique du Sud (482)

Afrique du Sud (494)

Afrique du Sud (486)

Guêpiers à front blanc.

Afrique du Sud (487)

Afrique du Sud (489)

Afrique du Sud (490)

Afrique du Sud (512)

Oies d'Egypte.

Afrique du Sud (513)

Jeune guib harnaché mâle.

Afrique du Sud (466)

Afrique du Sud (516)

 Afrique du Sud (511)

Afrique du Sud (529)

Afrique du Sud (528)

Afrique du Sud (535)

Des amis belges rencontrés au parc Kruger nous invitent dans la réserve où ils ont passé une année à vivre dans une tente-safari. Ils recevaient alors des touristes dans leur bush camp. Après une marche à travers les roches roses pour aller découvrir des peintures de Bushmen, nous prenons un rafraîchissement sur la terrasse du lodge, face aux paysages grandioses de Mapunbugwe et ses délires géologiques. Nos amis nous font ainsi partager leur rêve, malheureusement interrompu, et dont ils gardent un peu de nostalgie. La vie continue sans eux dans la réserve, et le léopard vient toujours s'abreuver dans la piscine à l'aube...

 Afrique du Sud (540)

Traces de léopard .

Afrique du Sud (539)

Afrique du Sud (538)

Parc national de Marakele.

Afrique du Sud (649)

En roulant en direction du parc de Marakele, nous apercevons au loin un ciel noir, effrayant et de mauvais augure : la nuit en plein après-midi ! La pluie se met soudain à tomber drue, mais avec un crépitement étonnamment fort : nous réalisons tout à coup que nous sommes tombés dans une tempête de grêle. Nous cherchons alors refuge sous un acacia. Accroupis sur nos sièges, nous tenons le pare-brise de peur qu'il n'éclate sous les grêlons gros comme des billes... Cet interlude nous met en retard, et quand nous arrivons à la porte du parc, il faut téléphoner à la réceptionniste qui est rentrée chez elle pour qu'elle vienne nous apporter la clé de la tente-suite que nous avons réservé. Après une heure de route dans la nuit, au cours de laquelle nous manquons de heurter un gnou qui traverse la piste sans regarder, nous arrivons enfin à destination au bord d'un lac d'altitude. Ce n'est que le lendemain que nous pouvons découvrir la vue splendide qui s'offre à nous.

Afrique du Sud (576)

Afrique du Sud (541)

Afrique du Sud (551)

 Afrique du Sud (545)

Afrique du Sud (650)

Afrique du Sud (563)

Afrique du Sud (564)

La promenade en voiture jusqu'au "sommet du vautour", le mont Lenong, est probablement une des plus belles que nous ayons faites en Afrique...

Afrique du Sud (586)

 Afrique du Sud (597)

Afrique du Sud (591)

Jeune daman des rochers.

Afrique du Sud (599)

Afrique du Sud (595)

Afrique du Sud (622)

Afrique du Sud (600)

Tsessebes.

Afrique du Sud (602)

Afrique du Sud (625)

Afrique du Sud (634)

Jeune gnou bleu.

Afrique du Sud (640)

Afrique du Sud (654)

Afrique du Sud (587)

Afrique du Sud (655)

Camille repousse l'attaque d'une autruche un peu caractérielle.

Afrique du Sud (656)

Afrique du Sud (651)

Afrique du Sud (653)

Réserve de Pilanesberg.

Afrique du Sud (664)

Grande aigrette.

Afrique du Sud (673)

Héron cendré.

Afrique du Sud (708)

Afrique du Sud (665)

Rhinocéros blanc et corbeau pie.

Afrique du Sud (661)

Pilanesberg Centre.

Afrique du Sud (659)

Afrique du Sud (658)

Bakubung Lodge.

Afrique du Sud (660)

Damans des rochers.

Afrique du Sud (672)

Touraco concolore. 

Afrique du Sud (671)

Afrique du Sud (670)

Afrique du Sud (662)

Afrique du Sud (663)

Traces creusées dans la roche par les chariots des années 1900.

Afrique du Sud (666)

Grande aigrette.

Afrique du Sud (674)

Suricates.

Afrique du Sud (669)

Afrique du Sud (668)

Afrique du Sud (703)

 Afrique du Sud (667)

Afrique du Sud (704)

Afrique du Sud (706)

Afrique du Sud (705)

Sun City.

Afrique du Sud (740)

Notre passage à Pilanesberg est l'occasion de visiter Sun City et son "Palais de la Cité Perdue", un hôtel de luxe d'inspiration africaine connu dans le monde entier. Or, nous découvrons qu'il y a 3 jours d'attente pour les tours du palace. Passablement frustrés, nous lançons l'Opération "A la française" : au lieu de prendre le train jusqu'au Casino comme tous les visiteurs extérieurs qui ne séjournent pas à Lost City, nous roulons jusqu'au golf où nous garons notre voiture. Après quoi, nous marchons jusqu'à l'entrée du palace pour franchir le poste de sécurité. Je prend un air innocent et joue au touriste affairé à prendre des photos  : l'agent de sécurité ne prête guère attention à nous, car il est très occupé à réguler la circulation. En voyant Camille avoir un moment d'hésitation, je lui ai fait un signe énergique pour qu'elle m'emboîte le pas. Ca y est, nous y sommes ! Nous découvrons alors que le palace accueille les South African Sport Awards. Au milieu des convives en tenue de soirée, nous déambulons dans les salles luxueusement décorées, tout contents de notre succès. Toutefois nous ne pousserons pas le vice jusqu'à prendre une pâtisserie au buffet du restaurant, sous l'immense fontaine d'éléphants !

Afrique du Sud (726)

Afrique du Sud (728)

 Afrique du Sud (731)

Afrique du Sud (730)

 Afrique du Sud (732)

Afrique du Sud (722)

 Afrique du Sud (736)

Afrique du Sud (724)

 Afrique du Sud (737)

Afrique du Sud (709)

Afrique du Sud (711)

Afrique du Sud (712)

 Sun City possède un centre équestre.

Afrique du Sud (714)

Le golf Gary Player, à Sun City.

Afrique du Sud (719)

 Afrique du Sud (718)

Afrique du Sud (720)

En route vers le Botswana, nous sommes arrêtés à un barrage de Police. Et là, surprise, le fonctionnaire nous fait remarquer à juste titre que nous roulons avec un véhicule qui n'est plus assuré depuis 3 semaines ! Camille gère le problème en quelques appels téléphoniques, et une heure plus tard, un employé d'Europcar nous apporte une nouvelle voiture. Nous considérons finalement que nous avons gagné au change avec cet incident car notre véhicule est plus confortable que notre précédente voiture "playmobile".

 

  

Posté par Emmanuel THERET à 22:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]


20 janvier 2012

BOTSWANA

 

Botswana (22)

Réserve de Mokolodi, près de Gaborone.

Botswana (11)

Près de Gaborone, nous campons en plein bush dans une réserve privée pendant quatre jours. Notre douche est installée en plein air sous un arbre, et nous devons faire chauffer nous-même notre eau au feu de bois. Camille se lave en compagnie d'un crapaud qui surgit de l'évacuation en se frottant les yeux pleins de shampooing ! Cette étape à Mokolodi est l'occasion de nous reposer un peu. Nous profitons du calme des lieux pour lire, écrire, regarder des films et cuisiner des petits plats...

Botswana (4)

Notre nouvelle voiture.

Botswana (6)

Botswana (8)

Musée National de Gaborone.

Botswana (5)

Woodland Camping, près de Francistown.

Botswana (23)

Botswana (26)

La gastronomie en Afrique australe étant très limitée, nous nous préparons des plats français. Une marmite en aluminium achetée à Francistown nous permet de faire mijoter des potées et des ragoûts sur les braises. Le vendeur qui expose sa marchandise en bord de route tient absolument à nous donner son numéro de téléphone pour développer au Botswana son business de marmites fabriquées au Zimbabwe : un marché porteur selon lui. Après tout, pourquoi pas, on ne sait jamais !

Botswana (27)

Nata Lodge, près du parc national de Nxai Pans.

Botswana (28)

Parc national de Chobe.

Botswana (54)

La charmante petite ville de Kasane est située en bordure du parc Chobe. Comme nous ne pouvons pas visiter le sanctuaire avec notre voiture citadine, nous nous offrons un game drive dans le parc le matin et une croisière sur le Riverfront l'après-midi.  Cette sortie en bateau est immanquable. Notre embarcation possède une plate-forme surélevée qui est un excellent poste d'observation. Nous croisons notamment des buffles, des hippopotames, des crocodiles, des cobs lechwe, et bien sûr des éléphants dont les effectifs dans le parc s'élèveraient à environ 70 000 spécimens, un chiffre énorme et qui représente la moitié des éléphants du Botswana. Le clou du spectacle se déroule en fin d'après-midi : comme les éléphants préfèrent passer la nuit sur une île au milieu du Chobe, à l'abri des prédateurs, ils traversent le fleuve à la nage par troupeaux entiers, se servant de leur trompe comme d'un tuba pour respirer.

 Botswana (47)

 Botswana (42)

 Botswana (46)

Croisière sur le fleuve Chobe, frontière naturelle entre le Botswana à gauche et la Namibie à droite.

Botswana (51)

Botswana (52)

Botswana (62)

Botswana (81)

 Botswana (64)

Anhinga.

Botswana (53)

Botswana (80)

En Afrique australe, le puku n'est présent que dans la région du Chobe.

Botswana (79)

Tantale ibis.

Botswana (78)

Botswana (74)

Botswana (82)

Botswana (83)

Botswana (84)

Botswana (85)

Botswana (77)

Le lendemain de cette fabuleuse croisière, nous prenons le bac à Kazungula pour traverser le Chobe. Sur l'autre rive, il nous faut alors affronter la douane zambienne : pendant deux heures, nous passons de service en service pour payer le visa, la taxe carbone, la taxe du Conseil, le Road Pass, l'assurance de la voiture. Des vendeurs à la sauvette nous font acheter des autocollants réfléchissants pour la voiture, car une Sud-Africaine nous apprend que les manquements à cette nouvelle règle de la route peuvent occasionner des problèmes aux barrages de police. Après avoir déboursé presque 200 USD, nous reprenons finalement notre route vers Livingstone où nous avons prévu de nous offrir un séjour épicurien.

 

 

ZAMBIE

 

Zambie (19)

Maramba River Lodge, à Livingstone.

Zambie (5)

Zambie (60)

Zambie (74)

Zambie (3)

Zambie (26)

Zambie (42)

Zambie (12)

Bâtiment de l'époque coloniale, à Livingstone.

Zambie (43)

Notre voyage est l'occasion de visiter quelques Alliances Françaises pour des entretiens professionnels car nous caressons le rêve de nous expatrier en Afrique. Après avoir pris contact par e-mail, nous rencontrons le directeur de l'Alliance Française de Livingstone : l'endroit s'avère difficile à trouver, et il nous faut errer pendant presque une heure dans le centre ville avant de découvrir que les cours de français se déroulent en fait dans une simple école primaire. Le directeur, un Congolais, nous invite dans son bureau qui se trouve dans un petit centre commercial crasseux. Au fond d'un long couloir sombre, après un salon de coiffure et un atelier de couture, sa modeste officine reflète une évidente pénurie de moyens : la bibliothèque francophone ne présente en tout et pour tout que deux rangées de livres ! Nous comprenons donc avant même de nous assoir que ce n'est pas à Livingstone que Camille pourra trouver un emploi comme professeur de français.

Zambie (46)

Royal Livingstone Golf.

Zambie (109)

Le reste de la journée est employé à faire la tournée des Grands Ducs : un cocktail au Royal Livingstone Golf, un repas au Zambezi Sun devant une superbe piscine, et une soirée au Royal Livingstone, l'hôtel le plus chic et le plus cher du pays où un pianiste talentueux nous berce de ses douces mélodies dans une ambiance élégante rappellant les clubs anglais du 19ème siècle. Le lendemain nous retournons au Royal Livingstone pour une promenade dans le parc où nous avons la surprise de croiser deux girafes en train de galoper sur les pelouses. Le soir venu, sur l'immense terrasse construite au bord du Zambèze, nous nous installons dans des canapés confortables pour siroter un jus de fruit rafraîchissant. Un guitariste joue une musique d'ambiance discrète pour accompagner le soleil qui se couche tandis que les silhouettes en ombres chinoises de deux éléphants traversent lentement les flots dorés du fleuve...

Le salon du Royal Livingstone.

Zambie (86)

Zambie (93)

Zambie (95)

Zambie (94)

Promenade sur les rives du Zambèze.

Zambie (130)

Camille manque de se faire arracher son sac à main par un crocodile affamé.

Zambie (136)

Zambezi Sun.

Zambie (138)

Zambie (146)

Zambie (142)

Zambie (139)

Royal Livingstone.

Zambie (148)

Zambie (169)

Zambie (160)

Zambie (164)

Zambie (167)

Zambie (181)

De la terrasse construite au bord du Zambèze, on peut apercevoir les nuages de vapeurs qui s'élèvent des Chutes Victoria.

Zambie (152)

Zambie (153)

Zambie (157)

Zambie (192)

Parc national de Lochinvar.

Zambie (210)

 Zambie (214)

Pour arriver jusqu'aux marécages de Lochinvar, je dois conduire en me décalant par rapport à la piste, avec une roue sur le terre-plein central et l'autre sur le bas-côté. Le châssis de notre voiture est trop bas et nous heurtons souvent des pierres avec un bruit d'iceberg déchirant la côte d'un navire. Le parc de Lochinvar est réputé pour ses colonies d'oiseaux et ses cobs lechwe. Nous plantons la tente durant deux jours au bord d'une lagune sauvage, seuls au monde. Lors d'une balade matinale, une centaine de pélicans blancs se pose tout près de nous dans les marécages, un troupeau de lechwe se jette à l'eau en nous apercevant, et nous rencontrons plusieurs fois des traces de pythons qui ont traversé la piste à l'aube. Ah, si j'avais pu en photographier un !

Lagune de Chunga.

Zambie (244)

Zambie (218)

Zambie (219)

Traces de python.

Zambie (235)

 Grande aigrette.

 Zambie (216)

Zambie (217)

Zambie (230)

Zambie (225)

Zambie (240)

Zambie (238)

Jardin Botanique de Lusaka.

Zambie (257)

Zambie (270)

Zambie (262)

Zambie (266) 

Parc national de Kasanka.

Zambie (272)

Le parc de Kasanka est l'un de ces sanctuaires africains peu fréquentés dont l'ambiance sauvage vous envoûte instantanément. Notre camp est situé au bord d'une magnifique plaine marécageuse. Nous nous protégeons des insectes en accrochant notre moustiquaire sous un abri au toit de chaume : cet endroit est vraiment idéal pour boire le thé en soirée, à la lueur vacillante des bougies. Pendant trois jours nous savourons notre solitude dans cette nature préservée. Une antilope rare, le puku, est très facile à rencontrer dans ce parc. Un soir, tandis que le soleil décline derrière les papyrus, deux sitatungas font leur apparition dans la plaine, à une cinquantaine de mètres de notre abri. Cette antilope qui vit dans les marécages est si craintive que c'est un véritable privilège de pouvoir l'observer. Le matin de notre départ, une dizaine d'éléphants viennent s'abreuver à proximité de notre camp, au milieu de la plaine où nous nous étions promenés nonchalamment la veille.

Zambie (291)

Un ranger du parc.

Zambie (282)

Zambie (279)

Zambie (290)

Notre campement.

Zambie (294)

A côté de notre emplacement, le second site de camping a été sacagé par les éléphants. La dalle de béton où se trouvait un abri est détruite, et un bidon d'essence a été aplati comme une crêpe.

Zambie (306)

Zambie (304)

Notre abri nous permet d'observer les animaux pâturer dans la plaine sans se faire repérer.

Zambie (297)

Zambie (299)

Puku mâle.

Zambie (308)

Zambie (303)

Zambie (309)

Zambie (310)

Zambie (313)

Mangouste rayée.

Zambie (350)

Zambie (315)

Zambie (316)

Bercée par les sonorités de la nuit africaine.

Zambie (330)

Partie de yam.

Zambie (318)

Zambie (331)

A notre grande déception, l'observatoire de Fibwe a été incendié par les braconniers quelques semaines avant notre passage à Kasanka. Cette cachette qui offre une vue spectaculaire sur les marécages et permet d'observer les timides sitatungas a été reconstruite deux mois plus tard.

Zambie (353)

Les sanctuaires animaliers de Zambie souffrent beaucoup du braconnage. Nous avons pu le constater par nous-même à Kasanka et à Mutinondo. Même le parc le plus visité du pays, South Luangwa, n'est pas épargné par ce fléau. Le braconnage est très difficile à endiguer, et il le restera longtemps encore. La viande de brousse occupe une place importante dans l'alimentation de certaines populations africaines. Les braconniers sont souvent de jeunes villageois, pauvres et désœuvrés. Ils chassent avec un armement hétéroclite, utilisant aussi bien des arcs, des machettes et des sagaies que des carabines ou des fusils d'assaut (AK-47). En général, les braconniers posent d'innombrables collets en brousse ou en forêt, une méthode simple et efficace pour capturer le gibier. Ils peuvent provoquer d'immenses incendies, simplement pour rabattre les animaux vers leurs pièges. Cette chasse illégale est une activité de subsistance car les gains sont peu élevés. Elle fait toutefois subir une forte pression sur la faune qui peut être complètement exterminée de certaines zones.

Quand le système répressif est défaillant, les braconniers chassent en toute impunité dans l'enceinte même des parcs nationaux. Un soir à Kasanka, nous avons aperçu dans la nuit un immense incendie provoqué par ces maraudeurs. Les régimes instables, populistes et corrompus ne sont généralement pas très assidus à réprimer la chasse illégale. Celle-ci peut même bénéficier d'une certaine complaisance de la part des autorités. Ainsi, lorsqu'il a été élu président de la Zambie en septembre 2011, alors que nous séjournions dans le pays, Michael Sata a immédiatement fait libérer plus de 600 braconniers qui croupissaient en prison. Il a également renvoyé les cadres de l'office des parcs nationaux (ZAWA) pour les remplacer par une nouvelle équipe qui saurait mieux comprendre les «problèmes des Zambiens» et ne pas punir ceux qui cherchent seulement à se nourrir. Ces initiatives démagogiques et irresponsables visaient à discréditer le gouvernement précédent qui, selon les propres termes de Michael Sata, «semblait avoir plus respecté les animaux que les êtres humains». Le message était clair : les braconniers pouvaient reprendre leurs activités illégales avec la bénédiction du nouveau pouvoir en place.

 Zambie (355)

Zambie (346)

Zambie (366)

Wasa Lodge.

Zambie (275)

Zambie (277)

 Zambie (376)

Zambie (370)

Zambie (379)

Zambie (383)

Zambie (382)

Zambie (384)

Livingstone Memorial.

Zambie (397)

Atteint de dysenterie, David Livingstone rendit l'âme à cet endroit le 1er mai 1873. Dans la hutte que lui avaient construit ses porteurs, à une vingtaine de mètres à droite de la colonne, le célèbre docteur écossais fut découvert mort à la nuit tombée, agenouillé à côté de son lit d'herbes sèches. Les serviteurs de Livingstone pensèrent que leur maître avait succombé en priant, mais il est plus plausible qu'un spasme de douleur ait été responsable de cette position. A proximité se trouvait le village du chef Chitambo dont l'autorité s'est transmise de génération en génération puisque son arrière-arrière-petit-fils exerce actuellement ses fonctions coutumières dans la région. Le "palais" de Chitambo IV est d'ailleurs accessible par la piste qui mène au mémorial.

Livingstone

A l'emplacement de la colonne construite en 1902 par l'administration coloniale britannique s'élevait un arbre au pied duquel les fidèles serviteurs de Livingstone inhumèrent le coeur de leur maître. Sur le tronc d'arbre, ils gravèrent une inscription qui fut ramenée à la Royal Geographic Society de Londres en 1899 : "DR. LIVINGSTONE MAY 4, 1873 ChuMA SUZA MNIASERE VCHOPERE". Le corps de Livingstone fut embaumé puis transporté  jusqu'à Bagamayo par une colonne d'environ 80 africains qui accomplit un voyage épique de 1600 km durant 9 mois. L'illustre dépouille fut alors rapatriée en Angleterre pour être enterrée à l'abbaye de Westminster.

Zambie (403)

Zambie (408)

Mutinondo Wilderness Area.

Zambie (414)

Au nord de Serenje, nous plantons notre tente pour 7 jours dans la réserve privée de Mutinondo. C'est un autre endroit merveilleux de la Zambie où il est possible de se promener à pied du fait de l'absence de prédateurs, excepté un lion solitaire qui rôderait apparement dans les parages. Nous gravissons les montagnes en forme de pain de sucre et déambulons dans les forêts de Miombos, des arbres que l'on retrouve dans un couloir s'étendant de l'Angola au Mozambique et qui se parent de couleurs chatoyantes à la saison sèche. Nous nous baignons dans les cascades d'eau fraîche et cristallines. Enfin, nous parcourons les plaines à cheval et explorons une jolie rivière en canöe, le long de berges tropicales qui ressemblent beaucoup à des mangroves.

Zambie (423)

Zambie (590)

Zambie (596)

 Zambie (425)

Zambie (431)

Zambie (459)

Zambie (437)

Zambie (453)

Zambie (446)

Zambie (422)

Zambie (531)

Zambie (460)

Zambie (467)

Zambie (465)

Zambie (475)

Zambie (473)

 Sur le dos d'un hippopotame.

Zambie (474)

Zambie (471)

Zambie (453) b

Zambie (468)

 Zambie (463)

Zambie (464)

Zambie (476)

 Zambie (415)

Zambie (472)

Zambie (535)

Zambie (479)

Zambie (466)

Zambie (478)

Zambie (481)

Zambie (482)

 Zambie (581)

Zambie (569)

Zambie (449)

Zambie (533)

Zambie (539)

Zambie (545)

Zambie (480)

Zambie (547)

Zambie (519)

Zambie (501)

 Zambie (516)

Zambie (493)

Zambie (495)

Zambie (525)

Zambie (599)

Kapyshia Hot Springs, sur l'immense propriété du manoir de Shiwa Ng'andu.

Zambie (611)

Au nord de Mpika, à seulement 300 km de la Tanzanie, nous faisons une halte de 3 jours sur le domaine de Shiwa Ng'andu où se trouvent des sources chaudes au milieu d'un ravissant décor de forêt tropicale ainsi qu'un manoir construit dans les années 1920 par un Colonel anglais un peu excentrique, Stewart Gore-Browne. La rigueur avec laquelle il traitait ses employés lui valut le surnom de "Chipembere", c'est à dire rhinocéros noir en bemba. Le manoir a été construit avec des matériaux locaux. Cependant, tous les meubles, la vaisselle, les livres ont été importés d'Angleterre par bateau puis par chariots à boeuf. Ce vieux manoir perdu au nord de la Zambie est aujourd'hui un lodge pour quelques rares clients : les tarifs y sont très élevés mais c'est le prix du rêve.

Zambie (651)

Zambie (605)

Zambie (610)

Baignade dans des sources d'eau chaudes.

Zambie (635)

Zambie (623)

Zambie (633)

Zambie (621)

Zambie (626)

Zambie (645)

Zambie (660)

Zambie (658)

Manoir de Shiwa Ngandu.

Zambie (665)

Zambie (661)

Zambie (685)

Zambie (662)

Zambie (701)

La mère de ce jeune gnou agonisait après après avoir lutté durant plusieurs jours pour s'extraire d'une mare de boue. Afin de sauver le petit qu'elle portait, les employés du domaine abattirent la mère puis lui ouvrir le ventre.

Zambie (664)

Zambie (700)

Bibliothèque du manoir.

Zambie (666)

Zambie (667)

Zambie (670)

Zambie (672)

Salle à manger.

Zambie (674)

Zambie (673)

Chambre des hôtes.

Zambie (677)

Zambie (679)

Stewart Gore-Browne (1883-1967).

Zambie (681)

Zambie (682)

Zambie (688)

Zambie (687)

Zambie (689)

Zambie (691)

Zambie (694)

Zambie (699)

Zambie (698)

Parc national de Mosi-Oa-Tunya, à Livingstone.

Zambie (702)

En trois jours, nous retraversons toute la Zambie pour rejoindre Livingstone. Petits moments d'hésitation avec la tenue des élections présidentielles : on nous conseille de ne pas être à Lusaka lors des résultats. Finalement, la ville est calme. Dans notre camping, les Zambiens sont passionnés par l'annonce des résultats et les suivent minute par minute car ils craignent des fraudes aux bulletins de votes. Ils ont envie de changements, car même si les présidents se succèdent, ce sont toujours plus ou moins les mêmes qui sont ministres. Trois jours plus tard, à Livingstone, nous regardons l'allocution télévisée du Président : Rupiah Banda y fait son mea culpa et laisse la place au vainqueur, Michael Sata, non sans non prévenir qu'il reviendra au pouvoir, sans doute avec de meilleures promesses...

Zambie (703)

Cob à croissant.

Zambie (705)

Zambie (706)

Zambie (713)

Zambie (709)

Zambie (714)

Zambie (721)

Zambie (728)

Zambie (710)

Zambie (729)

Zambie (738)

Zambie (742)

Zambie (741)

Zambie (740)

Ce vieil éléphant mâle qui refuse obstinément de céder le passage nous contraint à faire marche arrière pendant une demi-heure. 

Zambie (745)

Une roche qui ressemble beaucoup à une tête de babouin.

Zambie (743)

Zambie (744)

Zambie (752)

Zambie (748)

Retour au Royal Livingstone pour prendre un "Afternoon Tea".

Zambie (756)

Zambie (768)

Zambie (753)

Zambie (758)

Zambie (763)

Zambie (765)

Zambie (761)

Zambie (755)

Zambie (769)

Zambie (772)

Zambie (780)

 

 

Posté par Emmanuel THERET à 14:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 janvier 2012

 NAMIBIE

 

Namibie (2)

Il est déjà 17h lorsque nous arrivons dans le parc national de Mamili (Nkasa Rupara). Une mauvaise surprise nous y attend : le pont qui devait nous permettre de planter notre tente pendant 3 semaines dans un camp communautaire au bord des marécages a été cassé par un 4X4 le mois précédent. Fin du rêve...

Nous sommes contraints de faire demi-tour pour passer la nuit à Camp Kwando, un lodge assez fréquenté par les touristes en self-drive et qui ne répond donc pas du tout à notre attente. Le lendemain, nous visitons les camps aux alentours. Nous savons qu'un Anglais nommé Dan est installé dans la région. L'année dernière, il nous a emmené faire une magnifique promenade dans les marécages sur son bateau. Par la suite, nous avons appris par Facebook qu'il avait démarré son propre camp.

Sur une piste sablonneuse, nous croisons une femme en 4x4 qui paraît très étonnée de voir deux blancs dans une si petite voiture. Quand nous lui demandons si elle connaît Dan, elle s'empare aussitôt de son téléphone portable : « Dan, il y a des Français qui te cherchent ! ». Le soir même nous plantons notre tente à Mashi River Camp pour 3 semaines après y avoir découvert un atout de taille : un réfrigérateur à gaz qui peut nous permettre de conserver les aliments et de cuisiner : ah, ces Français...

Notre destin était en fait tout tracé, car Mashi River Camp accomplit plus encore notre rêve que le camp de Mamili. Dan a bâtit un endroit ravissant avec seulement 2 emplacements individuels de camping dont chacun dispose d'une salle à manger, d'une cuisine et d'une salle de bain. Les constructions sont en bois et en roseaux, le sol est recouvert de sable blanc, et la vue sur les marécages est imprenable. 

Camp Kwando.

Namibie (8)

Namibie (6)

Namibie (5)

Mashi River Camp, notre base pendant 3 semaines à Bwabwata.

Namibie (10)

Namibie (12)

Namibie (14)

Namibie (15)

Namibie (86)

Namibie (88)

Mokoro.

Namibie (64)

Namibie (50)

Bec-ouvert africain.

Namibie (66)

Au cours de notre séjour à Bwabwata, nous faisons plus ample connaissance avec notre hôte, Dan. Il nous raconte un peu la vie monotone qu'il menait auparavant en Angleterre. Il était ingénieur en travaux civils et se rendait compte chaque jour un peu plus qu'il n'était pas heureux. Il nous fait part de sa dépression lorsqu'il attendait son visa pour vivre en Namibie et de ses histoires de coeur tourmentées avec Lisa (Hanssen), la bushwoman un  peu fofolle que nous avons croisé le premier jour dans son 4X4 et qui est notamment la co-fondatrice d'Africat. Quand nous l'avions rencontré l'année précédente, Dan était plus ou moins associé avec un Sud-Africain qui construisait son lodge au bord du Kwando, sur un site en leasing avec la communauté locale. Mais le Sud-Africain a soudain laissé tomber ses travaux et est reparti à Johannesbourg. Il était semble-t-il un peu mégalomane, promettant monts et merveilles à la communauté alors qu'il oeuvrait dans le plus grand amateurisme. Nous découvrons en effet le désastre au cours d'une balade matinale dans les marécages. Le lodge en béton est aussi laid qu'un bunker, et la piscine qui était censée être remplie avec l'eau du Kwando a été bâtie dans un style stalinien. Les paroies du bassin sont maintenant en train de se déformer avec la pression de la terre. Heureusement, Dan s'est très vite rendu compte de l'incompétence de son associé, et il est partit créer son propre camp dès que possible.

Namibie (65)

Namibie (93)

Namibie (84)

Namibie (82)

Namibie (131)

Namibie (130)

L'anniversaire de Camille est fêté dans les marécages. 

Namibie (73)

Quelques jours après notre arrivée, nous fêtons l'anniversaire de Camille en compagnie de Dan. Je me mets aux fourneaux pour préparer un dîner à la lueur des lampes à pétroles. Le menu comprend une entrée, un plat, un dessert, et bien sûr des cadeaux. Le lendemain matin, l'anniversaire se prolonge : nous partons en bateau avec Dan pour prendre le petit-déjeuner sur un joli point de vue au bord des marécages. Le soleil nous réchauffe doucement tandis que nous dégustons une tarte aux pêches tout en devisant sur nos futurs voyages en Afrique et nos envies d'une vie plus exotique que celle que nous menions à Paris ou à Londres...

Namibie (79)

Namibie (81)

Namibie (18)

Namibie (17)

Nos journées se passent à lire, écrire, cuisiner, faire la sieste et nous promener dans les marécages. En fin d'après-midi, nous nous rendons fréquemment à un point d'eau que Dan nous a conseillé et dont nous garderons jalousement le secret ! Théoriquement, si l'on croise une patrouille de rangers, il faudrait pouvoir présenter nos billets d'entrée. Or nous prenons le risque de nous y rendre illégalement car ce point d'eau est situé dans une partie rarement visitée du parc national de Bwabwata. L'endroit est assez facilement accessible en voiture 2X2 depuis la route principale B8. Le spectacle vaut la peine du déplacement, car au cours de nos affût, nous voyons s'abreuver plusieurs troupeaux d'éléphants, un léopard, un hippotrague et une antilope rouanne. Ces petites sorties clandestines ont cependant un prix : elles nous occasionnent deux crevaisons lentes sur des épines, mais peu importe après tout puisque le coût des réparations au garage de Kongola est si peu élevé ! 

Namibie (19)

Namibie (20)

Namibie (72)

A gauche, la douche, au centre le lavabo, à droite, les toilettes.

Namibie (151)

L'intérieur de la douche.

Namibie (153)

La salle de toilette avec vue sur le bush.

Namibie (154)

Notre cuisine où nous préparons nos ragoûts, risottos, tartes, gâteaux, îles flottantes et mousses au chocolat.

Namibie (144)

Pissaladière et potée auvergnate.

Namibie (87)

Tarte aux poires cuite dans la marmite.

Namibie (146)

Namibie (90)

Un jour, Dan décide de nous offrir un game-drive dans le parc de Bwabwata où nous ne pouvons pas nous rendre avec notre voiture car les pistes sont trop sablonneuses. Nous montons à l'arrière de son pick-up, et après un arrêt à l'un des magasins de Kongola pour remplir la glacière de bières fraîches, nous faisons route vers la plage d'Horse Shoe. Comme d'habitude, les éléphants sont au rendez-vous en fin d'après-midi dans ce coude du fleuve Kwando. En deux heures, nous voyons environ 120 éléphants sortir du bush pour aller s'abreuver. Dan, qui aime bien tenter le diable, nous fait approcher un troupeau le plus près possible. Nous nous asseyons dans le sable, mais au bout d'un moment, nous nous retrouvons complètement encerclés par les éléphants qui arrivent de toutes parts, pressés d'étancher leur soif. Un coup d'oeil en arrière me donne une rapide analyse de la situation : les éléphants sont à 20 mètres, le pick-up à 40 mètres; nous sommes donc deux fois plus éloignés de notre véhicule que des éléphants, sachant que l'on avance 2 fois moins vite dans le sable profond, et qu'un éléphant court 4 fois plus vite qu'un être humain...

Sur le chemin du retour, alors que la nuit est déjà tombée, un étrange crissement s'échappe du moteur. Inquiet pour sa courroie de distribution, Dan rejoint le camp de Nabwa. Rob, un Allemand qui vit à Katima Mulilo, nous vient généreusement en aide. Il est en week-end à Bwabwata avec sa femme d'origine angolaise. Tandis que nous discutons autour du feu, une ombre se faufile à moins de 5 mètres de nous : c'est une femelle léopard ! Et dire que ces félins sont si difficiles à rencontrer que l'on peut passer plusieurs mois en safari sans en voir un seul !

Camille monte dans le Land Rover avec Rob et sa femme, tandis que je reste avec Dan dans son pick-up. La vision qui s'ensuit est un peu surréaliste. Nous sommes tractés par une corde d'à peine 2 mètres : nous n'avons donc aucune visibilité. Dans la nuit d'un noir d'encre, nous roulons à vive allure pour ne pas nous ensabler, bondissant entre les trous et les bosses de la piste. Parfois dans les côtes, nos phares illuminent les ombres de Camille, Rob et sa femme, sagement assis à l'avant de leur 4X4.  Comme me le raconte plus tard Camille, Rob ne cesse de répéter : « I can't believe it ! It was a leopard ! Only 5 metres ! » tandis que sa femme le sermone parce qu'il roule trop vite. Une fois revenu sur la B8, Rob trouve même le moyen de dépasser un camion militaire qui n'avance pas assez vite à son goût, ce qui nous fait éclater de rire à l'arrière. Etrangement, nous arrivons sains et saufs au camp de Dan où nous passons le reste de la soirée à discuter au coin du feu.

Namibie (91)

Namibie (92)

Namibie (94)

Namibie (68)

Namibie (96)

Namibie (98)

 Namibie (99)

Namibie (102)

Namibie (67)

 Namibie (120)

Un après-midi, alors que nous lisons tranquillement dans notre salle à manger, Dan surgit et s'exclame  : « Venez, on va sauver des touristes ! ». Nous voici donc repartis dans les marécages. Dan emmène avec nous le chien de Lisa, un Labrador qui se tient à l'avant du bateau pour croquer tous les roseaux qui passent à sa portée. Le bateau du camp de Nambwa est en panne au beau milieu du fleuve Kwando, et lorsque les touristes belges nous voit arriver, ils paraissent réellement soulagés d'être secourus. Ils attendent depuis plus d'une heure dans la fraîcheur du crépuscule, et la perspective de devoir passer la nuit sur leur embarcation n'avait pas l'air de les réjouir beaucoup ! Après avoir cassé une première fois sa sangle, Dan réussit à tracter le bateau jusqu'à Nambwa en faisant très attention aux innombrables hippopotames qui peuplent ces marécages. L'un d'eux surgit de l'eau noire à 2 mètres de mes pieds, alors que je suis assis à l'avant du bateau.

Nos Belges arrivent à bon port, et sur le chemin du retour, nous nous arrêtons chez Lisa pour lui rendre son chien qui est vraiment intenable, un peu comme sa maîtresse ! Le camp est bâtit au bord du Kwando : c'est ici qu'est basé le Predator Conservation Trust de Lisa, ainsi qu'une autre ONG qui accueille des éco-volontaires. Nous faisons ainsi connaissance avec une Zimbabwéenne blanche qui vit à présent à Windhoek. Elle cherche des cavaliers pour ses chevaux d'endurance, et bien sûr cette opportunité intéresse beaucoup Camille, ex-championne de CSO aux Caraïbes. Nous essayerons de revoir cette charmante cavalière lors de notre passage dans la capitale namibienne. Après une bière fraîche, nous rentrons à notre camp. Dan baisse le toit du bateau et nous glissons lentement dans le courant, éclairés par la pleine lune et les étoiles. Les sonorités de la nuit africaine nous berce langoureusement : grillons, grenouilles et hippopotames entonnent une mélodieuse cacophonie. Soudain un barissement retentit depuis la berge : c'est un éléphant qui a pris peur en voyant l'ombre de notre bateau passer devant lui. 

Namibie (121)

Namibie (9)

Python de Séba.

Namibie (85)

Serpent vert tacheté (Spotted bush snake).

Namibie (141)

Baignade rafraîchissante sur un banc de sable, tout en gardant un oeil sur les crocodiles !

Namibie (125)

Namibie (122)

Namibie (124)

Namibie (123)

Namibie (168)

Namibie (128)

Un bateau n'effraie pas plus les éléphants qu'une voiture, et l'on peut ainsi les approcher très près.

Namibie (127)

Namibie (132)

Namibie (139)

Namibie (140)

Namibie (143)

Nous quittons Dan avec un petit pincement au cœur. Il a beaucoup enrichi notre séjour dans le Caprivi par sa connaissance de la région et toutes les balades en bateau qu'il nous a offert gracieusement. Il nous trouve un peu excentriques, mais je pense que c'est une qualité qui séduit souvent les Anglais ! A la tristesse de quitter un si beau coin de ciel bleu en Afrique se mêle néanmoins la joie de reprendre le cours de notre aventure.

Etape à Popa Falls.

Namibie (155)

Namibie (156)

Namibie (159)

Namibie (157)

Namibie (160)

Namibie (164)

Un crocodile me poursuit à gauche...

Namibie (162)

... et un autre à droite !

Namibie (163)

Namibie (165)

Plaine marécageuse du fleuve Okavango, dans le parc de Bwabwata, par l'entrée "Buffalo" à Divundu.

Namibie (167)

Namibie (168)

Namibie (169)

Namibie (148)

Parc national de Mahango, sur l'autre rive de l'Okavango.

Namibie (170)

Namibie (179)

Namibie (159)

 Antilope rouanne.

Namibie (21)

Namibie (174)

Cob des roseaux.

Namibie (175)

 Papyrus.

Namibie (211)

Lièvre des rochers.

Namibie (176)

Namibie (171)

Hippotrague mâle.

Namibie (178)

Namibie (177)

Nuit à la belle étoile à Roy's Camp, sur la route de Grootfontein.

Namibie (189)

Fort de Namutoni, dans le parc national d'Etosha.

Namibie (190)

Depuis notre premier séjour à Etosha, nous avons eu l'occasion de visiter beaucoup d'autres parcs en Afrique orientale et australe. La comparaison permet de comprendre à quel point la vision de la faune sauvage à Etosha est extraordinaire. Ce parc où nous allons passer dix jours figure selon moi dans le top 10 des meilleurs sanctuaires d'Afrique pour le safari, avec sans ordre de classement le delta de l'Okavango (Botswana), le cratère du Ngorongoro et Serengeti (Tanzanie), Masaï Mara et Amboseli (Kenya), Queen Elizabeth (Ouganda), South Luangwa (Zambie), Kruger (Afrique du Sud) et Mana Pools (Zimbabwe).

Namibie (235)

Namibie (197)

Namibie (195)

 Namibie (219)

Namibie (217)

Chacal à chabraque.

Namibie (230)

Ratel.

Namibie (229)

Namibie (231)

Namibie (209)

Namibie (210)

Ecureuils fouisseurs du Cap.

Namibie (199)

Namibie (213)

Namibie (200)

Namibie (236)

Namibie (228)

Dik-dik de Kirk mâle.

Namibie (212)

Namibie (211)

Elanion blanc.

Namibie (198)

Namibie (214)

Raphicère champêtre.

Namibie (218)

Namibie (201)

Namibie (204)

 Namibie (196)

Namibie (234)

Ce lionceau dort confortablement sur des bouses d'éléphants.

Namibie (233)

Vue depuis le donjon d'Okaukuejo.

Namibie (220)

Point d'eau d'Okaukuejo.

Namibie (222)

Namibie (193)

Namibie (208)

Namibie (221)

Springbok et héron garde-boeuf.

Namibie (191)

Namibie (192)

Jeunes chacals à chabraque près de leur tanière.

Namibie (205)

Namibie (206)

Namibie (207)

Namibie (232)

Koudous mâles.

Namibie (216)

Girafes mâles.

Namibie (202)

Namibie (203)

Namibie (240)

Namibie (215)

Rhinocéros noir.

Namibie (226)

Namibie (194)

Namibie (224)

Namibie (223)

Un rhino dans le rétro !

Namibie (239)

Namibie (238)

Namibie (237)

Namibie (225)

Finale de la Coupe du Monde de Rugby au camp de Namutoni, en compagnie d'un Savoyard rencontré sur place.

Namibie (227)

 Namibie (244)

Près d'Outjo, nous rendons visite à Reinhard Wagner, un Namibien d'origine allemande que nous avons rencontré chez Dan, au Caprivi. En plus de son activité agricole, il travaille comme guide à son compte pour des toursites allemands et nous a invité à passer la nuit dans sa ferme. Quelle n'est pas notre surprise lorsque Reinhard nous présente un vrai dîner de roi : choux en croûte, gratin de pommes de terres, rôti de porc aux airelles, crèmes aux oeufs... Il achète tous ses produits à Otjiwarongo ou Windhoek et les conserve sous vide, avec une machine spécialement conçue à cet effet. Il adore cuisiner et son armoire de cuisine est remplie de livres écrits par de grands chefs français, tels Bocuse : bref, un fin gourmet en plein bush. Le lendemain, après le petit-déjeuner, Camille disparaît dans sa chambre pour n'en revenir qu'une heure après. En me voyant papoter avec Reinhard, elle s'exclame : "A chaque fois que je vous vois, vous êtes en train de parler de bouffe ! "

Namibie (243)

Namibie (249)

Namibie (247)

Une cuvée qui ne manque pas d'humour : quand on leur parle de Côtes du Rhône, les anglophones comprennent "Goats do roam" (Les chèvres se baladent !")

Namibie (245)

Namibie (252)

Halte d'une semaine à Spitzkoppe.

Namibie (253)

Namibie (256)

Namibie (257)

Réveil parmi les roches roses après une nuit à la belle étoile.

Namibie (264)

Namibie (270)

Notre camp pendant 6 jours.

Namibie (289)

Le salon de couture de Camille qui continue ses créations de dentelles même en Afrique.

Namibie (269)

Namibie (308) 

Namibie (277)

Namibie (278)

Calao de Monteiro.

Namibie (309)

Une grotte offrant un panorama si splendide que j'amairais y passer une nuit dès que j'en aurais l'occasion.

Namibie (281)

Les photos ne peuvent pas restituer la majesté de ce lieu.

Namibie (280)

Montée à Bushman Paradise par la via ferrata.

Namibie (285)

Namibie (291)

Namibie (304)

Namibie (290)

Namibie (312)

Namibie (307)

Namibie (319)

Namibie (321)

Namibie (323)

La maison qu'Isabelle nous a prêté gracieusement pendant 5 jours et où nous logeons actuellement depuis notre installation à Windhoek.

Namibie (324)

A Windhoek, le moment de vérité est arrivé : Camille a un rendez-vous professionnel au Centre Culturel Franco-Namibien pour un poste de professeur de français. Grâce à Internet, nous sommes entrés en contact avec Isabelle, une française qui est également professeur au FNCC. En plus d'avoir appuyé la candidature de Camille, elle nous prête sa maison lors de notre séjour à Windhoek. Le rendez-vous se passe très bien. Deux jours plus tard, Camille a une entrevue avec le directeur durant laquelle son embauche est validée : elle signe son contrat et remplit les documents pour nos visas et son permis de travail !

Lors de notre première visite au FNCC, Isabelle nous présente Clémentine qui est professeur de français dans une école privée. Au fil de la conversation, nous apprennons qu'elle habite dans un centre équestre ! De quoi vraiment nous intriguer, nous qui sommes cavaliers. Elle nous emmène alors prendre un verre chez elle. Son compagnon travaille pour un conservatoire du Kaokoland qui s'est spécialisé dans la conservation des lions du désert. Quand je lui dis que j'ai l'intention de chercher un emploi comme guide de safari à notre arrivée à Windhoek dans 2 mois, elle me donne le numéro de portable du directeur d'une compagnie qu'elle connaît. Le lendemain, j'obtiens un rendez-vous pour un entretien et je suis embauché pour la prochaine saison touristique en avril ! Cerise sur le gâteau, Isabelle veut quitter sa maison qui nous plaît beaucoup. Nous allons donc reprendre le bail après elle. Cette maison est située à Eros, dans un quartier chic de Windhoek, à 20 minutes à pied du FNCC. Camille pourra donc se rendre à son travail en attendant d'acheter un véhicule. 

Namibie (325)

Namibie (326)

Soirée à Londiningi Guest House, la maison d'hôtes la plus fréquentée par les touristes français qui séjournent à Windhoek.

Namibie (327)

Namibie (328)

Chez Clémentine, qui habite dans un centre équestre de Windhoek.

Namibie (329)

Dans le désert du Kalahari, les gemsboks et les Bushmen complètent une grande partie de leurs besoins hydriques grâce aux melons tsama.

Namibie (331)

Kalahari Anib Lodge.

Namibie (332)

Namibie (335)

Namibie (336)

Namibie (337)

Gemsboks.

Namibie (339)

 Namibie (348)

Namibie (349)

Duwisib Castle, construit en 1908 par le baron allemand Hans Heinrich von Wolf (1873-1916).

Namibie (350)

Dépendances de l'ancien domaine de Duwisib où le baron élevait plus de 300 chevaux.

Namibie (351)

Namibie (357)

Randonnée dans les montagnes de Klein Aus Vista.

Namibie (358)

Hudson Terraplane de 1934.

Namibie (362)

Namibie (359)

Route menant au point d'eau de Garub, pour voir les chevaux sauvages.

Namibie (363)

Namibie (365)

 

Voir également :

Aventures équestres 

Bannière

 

Namibie (366)

Kolmanskop, une ville fantôme à une dizaine de kilomètres de Lüderitz.

Namibie (376)

Le diamant y a été exploité entre 1908 et 1954. 

Namibie (381)

Kolmanskop possédait un hôpital, une école, un bowling, un casino, un théâtre, un gymnase, une salle des fêtes, une centrale électrique, et une usine de glace. La ville fut équipée du premier tramway d'Afrique et des premiers équipements aux rayons X de tout l'hémisphère sud.

Namibie (387)

Namibie (378)

Namibie (385)

Bowling.

Namibie (372)

Namibie (375)

Namibie (384)

Namibie (389)

Das Rollende Hotel (L'Hôtel Roulant) est un tour-opérateur allemand. Il incarne sans doute le pire concept de voyage que nous ayons vu en Afrique. Les touristes en effet dorment chaque soir dans la bétaillère à l'arrière du camion où les couchettes sont aussi exiguës que des cercueils.

Namibie (373)

Sur la route de Lüderitz.

Namibie (401)

Namibie (405)

Maisons de style germanique à Lüderitz.

Namibie (391)

Namibie (392)

Namibie (394)

Namibie (396)

Namibie (397)

Retour à Klein Aus Vista.

Namibie (424)

Namibie (434)

Namibie (421)

Les chevaux savent ouvrir les robinets mais ne les referment pas !

Namibie (416)

Caméléon.

Namibie (435)

Canyon Roadhouse (Gondwana Collection).

Namibie (472)

Namibie (476)

Namibie (474)

Namibie (473)

Namibie (479)

Fish River Canyon.

Namibie (481)

Namibie (498)

Namibie (482)

Namibie (503)

Ai-Ais Hot Springs Resort, où l'on peut se baigner dans des sources d'eau chaude.

Namibie (521)

Canyon Village (Gondwana Collection).

Namibie (517)

Namibie (519)

 

 

Posté par Emmanuel THERET à 14:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2012

 AFRIQUE DU SUD 

 

Afrique du Sud (744)

Kimberley Mine Museum, sur le site de la mine la plus profonde du monde qui ait été creusée à la main (The Big Hole).

Afrique du Sud (745)

Bowling.

Afrique du Sud (764)

Afrique du Sud (763)

Afrique du Sud (751)

Afrique du Sud (786)

Des aventuriers du monde entier ont tenté leur chance à Kimberley, mais en s'épuisant à la tâche pour trouver des diamants, beaucoup n'ont fait que creuser leur tombe.

Afrique du Sud (766)

Afrique du Sud (785)

La plupart des mineurs menaient une existence misérable, et certains après le dur labeur de la journée n'avaient pour tout logement  que ces petites cabanes en tôle.

Afrique du Sud (757)

Afrique du Sud (759)

Afrique du Sud (746)

Afrique du Sud (744)

Dans les bars de la ville, des mineurs fêtaient leur bonne fortune dans l'alcool tandis que d'autres y noyaient leur désespoir.

Afrique du Sud (755)

Afrique du Sud (782)

The Big Hole, à Kimberley. L'extraction du diamant y a commencé en 1871 pour s'arrêter en 1914.

Afrique du Sud (775)

Parc national de Mokala.

Afrique du Sud (815)

Afrique du Sud (818)

Tortue léopard.

Afrique du Sud (787)

Huppe fasciée.

Afrique du Sud (797)

Afrique du Sud (810)

Afrique du Sud (816)

Bousier.

Afrique du Sud (795)

Bubales du Cap.

Afrique du Sud (819)

Afrique du Sud (831)

Afrique du Sud (828)

Afrique du Sud (829)

Afrique du Sud (827)

Afrique du Sud (832)

Eland du Cap mâle.

Afrique du Sud (817)

Afrique du Sud (808)

Afrique du Sud (796)

Karin et son mari Jordan nous invitent en week-end dans leur ferme, près de Bloemfontein.

Afrique du Sud (847)

Nous avons rencontré ce couple de Sud-Africains l'année précédente dans la réserve de Moremi, au Botswana. Le hasard faisant parfois bien les choses, nous nous suivions de camping en camping, et un soir ils nous avaient invité à dîner pour faire plus ample connaissance.

Notre passage à Bloemfontein est l'occasion de se retrouver. Nos amis boers nous réservent un week-end à la campagne malgré leur emploi du temps chargé. Ils nous font découvrir leur ferme et leurs animaux. Alors que nous roulons en 4X4 dans des enclos immenses, je montre à Jordan des terriers d'oryctéropes. Il paraît très étonné d'apprendre que je n'ai encore jamais vu cet animal, et le soir même, il nous emmène en night-drive. Karin reste à l'arrière du pick-up pour balayer la nuit avec son projecteur. Finalement, nous ne verrons pas le mythique oryctérope, mais nous apercevrons tout de même un protèle, un hyénidé très difficile à observer. Jordan, qui comme tous les Boers est un passionné de chasse, a emporté son fusil au cas où il rencontrerait des chacals, car ces prédateurs s'attaquent à l'occasion à ses agneaux. Heureusement, nous n'en croiserons aucun ! Nous gardons en effet un souvenir ému de ces jeunes chacals qui étaient venus jouer près de notre voiture à Etosha...

Afrique du Sud (864)

 Afrique du Sud (854)

Plusieurs Boerbulls peuvent tenir tête à un lion.

Afrique du Sud (865)

Afrique du Sud (857)

Afrique du Sud (833)

Afrique du Sud (834)

Afrique du Sud (841)

Afrique du Sud (850)

Afrique du Sud (836)

Afrique du Sud (846)

De retour à Bloemfontein.

Afrique du Sud (868)

Afrique du Sud (869)

 Afrique du Sud (877)

Parc national de Golden Gate.

Afrique du Sud (880)

Afrique du Sud (883)

Afrique du Sud (886)

Afrique du Sud (887)

Afrique du Sud (906)

Afrique du Sud (900)

Afrique du Sud (904)

Afrique du Sud (909)

Afrique du Sud (913)

Afrique du Sud (925)

Afrique du Sud (914)

Afrique du Sud (928)

Afrique du Sud (936)

Afrique du Sud (935)

Afrique du Sud (938)

Afrique du Sud (947)

Afrique du Sud (950)

KwaZulu-Natal.

Afrique du Sud (952)

Gnou à queue blanche. Cette sous-espèce endémique à l'Afrique du Sud a frôlé l'extinction au 19ème siècle. Elle se caractérise par une queue blanche et des cornes orientées vers l'avant.

Afrique du Sud (1064)

Parc National du Royal Natal.

Afrique du Sud (985)

Afrique du Sud (989)

Afrique du Sud (971)

Afrique du Sud (995)

Afrique du Sud (975)

Un crabe en pleine montagne !

Afrique du Sud (978)

Afrique du Sud (1011)

Afrique du Sud (1015)

Afrique du Sud (988)

Afrique du Sud (1063)

Afrique du Sud (962)

Afrique du Sud (1023)

Afrique du Sud (1037)

Afrique du Sud (1027)

Afrique du Sud (1050)

Afrique du Sud (1059)

Afrique du Sud (1058)

Afrique du Sud (1055)

 

 

Pour continuer l'aventure :

 

Guide en Namibie

Bannière

 

 

Posté par Emmanuel THERET à 12:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]